MISSION AUPRÈS D'AÏT OUALLAL-DADÈS
POUR LE PROJET DE DISPENSAIRE
Du 26.05.03 au 06.06.03

 

Rapport réalisé le 15/06/2003 à la demande de rennes-dadès
par Madeleine Nacef et Philippe l'Herbier

 

Remerciements

 

 

§.1

Le travail réalisé depuis un an.

§.2

L'alphabétisation des femmes. L'éducation sanitaire et la prévention

§.3

Le projet de dispensaire ou de centre médico-social

§.4

L'avenir économique de la vallée. Constats-Propositions.

§.5

Un centre d'initiation à des métiers de base.

§.6

De nouvelles activités « rentables » pour les jeunes femmes.

§.7

De nouvelles activités économiques. Le maraîchage.

§.8

Gîtes ruraux. Accueil de touristes ou de « vacanciers »

§.9

Evolution de l'organisation de l'Association Aït ouallal / Dadès

§.10

La représentation des femmes.

§.11

Message de Aït ouallal Dadès à Rennes -Dadès

 

 

Conclusion

 

 

Annexe: Liste des membres responsables d'Aït ouallal Dadès

 

Remerciements

La vie offre parfois des cadeaux inestimables .C'est un tel cadeau, « hors de prix » que nous ont offerts nos amis marocains de Rennes Dadès et Aït Ouallal-Dadès : et une hospitalité généreuse et sans réserve, une écoute et une patience de tous les instants, la chaleur de leur sourire et de celui de leurs enfants, une tolérance exceptionnelle à nos propos quelquefois sévères ou parfois narfs. Pour tout cela, leur dire à nouveau merci est hélas insuffisant, qu'ils sachent que nous n'oublierons pas.

En retour nous leur offrons le résultat de nos réflexions, fruits de ce qu'il nous ont appris, de ce que nous avons vu et compris. Nous espérons que ces propositions les encourageront à poursuivre, enrichir et élargir leur projet.

 

1) Le travail réalisé depuis un an

Il est impressionnant, particulièrement en ce qui concerne le sport et le culturel au bénéfice des enfants et des adolescents, l'animation des douards par des manifestations sportives (grand succès populaire des courses de demi-fond) ou des spectacles auxquels beaucoup de femmes sont présentes. L'association s'implique avec succès dans tous les projets visant à l'amélioration des infrastructures: électricité, adduction d'eau, irrigation, construction de ponts de terre, réparations de bâtiments scolaires etc ...

L'association est bien organisée avec un directoire constitué de personnes compétentes et motivées. L'extension prévisible de ces activités exigera cependant à court terme un renforcement de l'équipe et une évolution du mode de fonctionnement: nous présenterons plus loin des recommandations en ce sens.

 


Enfants

 

2) L'alphabétisation des femmes

La demande des femmes est forte : sur l'ensemble de la vallée 2750 demandes de participation à des cours d'alphabétisation ont été enregistrées. Aït Ouallal a démarré avec une soixantaine de participantes.Malheureusement le programme est stoppé depuis plusieurs mois dans l'attente des décisions du Ministère de l'Education National et de la Jeunesse, concernant le fmancement des enseignants cet arrêt du programme est préoccupant: s'il devait durer il provoquerait une démotivation et une déception graves parmi les participantes.

UN FINANCEMENT RELAIS EST INDISPENSABLE : dans l'attente des décisions du gouvernement.Les familles immigrées en Europe seront sollicitées lors de leurs vacances d'août pour assurer un financement permettant le redémarrage des cours dés septembre/octobre 2003. Pour 250 heures de cours (durée d'un cycle sur 6 mois), le besoin de financement est de 100 euros par mois, 6000 dihrams pour 6 mois.

A noter que sur le « territoire d'Aït Ouallal », des enseignants expérimentés sont disponibles. Mais le matériel pédagogique est sans doute insuffisant.

 

L'éducation sanitaire et la prévention des maladies: Cet axe de travail a été amorcé par des conférences de personnel soignant (médecins généralistes et infirmiers majors) IL DOIT ETRE FORTEMENT DEVELOPPE A PARTIR DES CONSIDERATIONS SUIVANTES :

-Pour les femmes. lier l'éducation sanitaire à l' alphabétisation

L'alphabétisation devrait être utilisée comme lieu de transmission de l'information en matière de prévention sanitaire sur des thèmes essentielles: l'hygiène corporelle, l'alimentation pré et post-natale, soins et surveillance du développement de l'enfant etc...La méthode pédagogique devrait utiliser dessins et schémas simples, mais aussi des techniques « non directives » favorisant l'expression et le questionnement des femmes. Il convient d'éviter les « conférences » où trop de sujets sont seulement effleurés, trop rapidement et sans vérification que les notions ont été comprises ( exemple: la conférence de l'infirmier major à laquelle nous avons assisté)

Apprendre l'hygiène aux enfants: l'enseignement de l'hygiène n'est pas assuré à l'école primaire. C'est pourtant dés l'entrée à l'école, qu'un tel enseignement aurait une réelle efficacité, permettant l'acquisition de comportements et d'habitude d'hygiène qui dureront toute la vie. Nous suggérons que l'association organise pour les enfants de CM1 et CM2, un cours d'initiation à l'hygiène et à la prévention, après la classe une ou deux fois par semaine.

Rennes-Dadès pourrait se charger de rassembler en France une documentation adaptée aux enfants de 10 / 12 ans, qui après traduction de support pédagogique pour les enseignants.

 

3 Le projet de dispensaire au centre médico-social.

Grâce à Madeleine Nacef et à sa belle-sreur marocaine, l'association a pu organiser une rencontre de travail avec madame Bouchéra Hassoun, consultante pour A D S, agence marocaine de développement économique et social.

Les fonctions du C.M.S. ont été ainsi définies :

  • Soins d'urgences, ne nécessitant pas d'hospitalisation
  • Traitement, surveillance des maladies chroniques (diabète, hypertension etc. ..)
  • Accouchements
  • Surveillance et soins post pré-naissance
  • Surveillance et conseils petite enfance
  • Education sanitaire des femmes.

 

L'association se charge d'établir les plans du bâtiment qui ne devra pas être surdimensionné et de plein pied (sans étage) de manière à limiter les coûts de construction. Le terrain est déjà acquis et délimité.

De même l' association établira la liste des équipements indispensable en prenant conseil auprès de médecins ou de responsables de centres médico-sociaux. Cette liste établie de manière objective sera ensuite soumise à des fournisseurs pour proposition de prix. IL NE FAUT PAS S'ADRESSER AUX FOURNISSEURS POUR L'ET ABLISSEMENT DE LA LISTE DES EQUIPEMENTS: RISQUE QU'ILS IMPOSENT DES EQUIPEMENTS INUTILES ET COUTEUX.


Fille avec son frère

A l'issue du travail réalisé par madame Bouchera Hassoun, il a été convenu que :

Rennes-Dadès assurerait :

o 1. Le financement des matériaux de construction.

o (Aït Ouallal établira un devis précis et détaillé)

    2. L'acquisition d'une ambulance. Les discussions ont conclu que le besoin se situait au niveau d'un véhicule de transp:ort et non au niveau d'une ambulance « moderne » dont l'équipement médical exigerait un personnel spécialisé non disponible.

 

Art Ouallal-Dadès assurerait :

o I. La construction du bâtiment

2. Le financement du personnel d'entretien et de surveillance du centre.

3. Le suivi et le contrôle des travaux ( construction, installation et mise en service )

 

A.D.S financera les équipements

 

La première tâche d' Aït Ouallal est de constituer le dossier projet qui devra être déposé d' A.D.S. dans les délais les plus brefs: tout retard pourrait entraîner le rejet du dossier si les crédits dont dispose A.D.S chaque année étaient épuisés.

 

4) L'avenir économique de la vallée. Constats et propositions.

L' avenir économique du « territoire » d ' Aït Ouallal est préoccupant. Sauf une petite production agricole : blé, roses, amandes, aucune activité économique véritable n'a été développé. L'émigration reste la seule source de revenus pour de nombreuses familles. Pour combien de temps encore ? L' argent des retraites disparaîtra avec leurs bénéficiaires. Il n' est pas certain que les jeunes d' émigrés vivant en Europe suivront l'exemple de leurs pères et continueront à aider ceux qui sont restés sur place...

Autre paradoxe: l'argent de l'émigration majoritairement à construire d'immenses maisons qui ne serviront qu'au regroupement familial du mois d'aoüt : pendant onze mois de l'année la plupart de ces « palais « restent vides ! En France ont dit: « quand le bâtiment va tout va! » A Aït Ouallal, le bâtiment « va bien » mais il n' exprime pas une dynamique économique réelle, seulement une nostalgie de la « grande famille » ou une conception princière de la maison, peut-être à l'image des kasbahs !!

Il est même douteux que ces maisons constituent un véritable patrimoine économique: souvent propriétés de plusieurs frères, les droits d'héritages y sont inextricables et personne dans l'avenir ne pourra en faire un usage économiquement rentable: vente, location ...

Face à cette situation, des centaines de jeunes sortent de l' école primaire

-ils n'iront ni au collège, ni au lycée, ni dans un établissement de formation technique professionnelle.
-ils n'ont aucune idée, aucun exemple, sur ce qu'ils pourraient faire pour vivre de manière économiquement autonome. Les possibilités d' émigration se raréfiant, ils sont condamnés à la dépendance économique au sein de la famille.
Peut-on changer leur avenir ?


Enfant

Trois pistes de travail ont été évoquées avec le directoire d' Aït Ouallal :

1. Créer un centre d'initiation à des métiers de base.
2. Favoriser l'acquisition d'un savoir faire rénumérable parmi les femmes
3. Développer rapidement, à titre d'exemple, des initiatives économiques rentables.

 

5) Un centre d'initiation à des métiers de base.

Objectif: Permettre à des jeunes de 15 à 18 ans d'acquérir des compétences et des savoirs faire dans des techniques de base: menuiserie, plomberie sanitaire, électricité, ferronnerie,entretien-maintenance de la maison.

Ces compétences pourront être mises en reuvre localement dans chacun des Douars d'Aît Ouallal (prestations de services) ou permettre une orientation vers l'apprentissage (formation auprès d'un professionnel).

Le centre d'initiation aux métiers aurait pour vocation de faire découvrir aux jeunes des métiers pouvant leur procurer une autonomie économique: s'il est indispensable de donner du poisson à nos enfants, il est tout ausi nécessaire de leur apprendre à pêcher lorsqu'ils seront grands !

 

Moyens à mettre en œuvre :

    - Un bâtiment assez grand pour accueillir simultanément dix à douze jeunes (soit dix à douze postes de travail)

    - Des établis: ils peuvent être constitués de solides tables de bois fabriquées localement. Ils doivent pouvoir porter des étaux (fer et bois).

    - Un outillage de base pour chacune des disciplines enseignées. Exemple pour le bois: scies diverses, rabots, limes à bois, tarauds, perceuses et forets, scies à bois etc...

Pour le travail du fer (à froid) : scies à métaux, perceuses, forets, limes à métaux, nécessaires de soudage à l'etain etc. ..
Une liste plus précise pourra être établie dés que le projet aura été adopté. Cet équipement exclu pour l'instant toute machine. On pourrait imaginer obtenir en France des dotations par exemple par Monsieur Bricolage.

    - Des formateurs: Le centre pourra au départ disposé de formateurs permanents. Il faut donc imaginer que la formation d'initiation soit réalisée par modules courts de 40 à 60 heures, bloqués sur une ou deux semaines. Les formateurs bénévoles devraient être recherchés en France parmi des personnels de la formation professionnelle éventuellement retraités. Sur un séjour de trois semaines à Aït Ouallal ils assureraient l'animation du module de formation tout étant accueillis, logés, nourris dans les familles. Chaque module exigera une préparation rigoureuse de manière que la prestation du formateur est le maximum d'efficacité. En particulier l'équipement en outillage devra être garanti.

    - Les programmes : La formation doit être construite à partir d'une progression cohérente d'exercices.Nous nous engageons à collaborer avec Aït Ouallal pour établir ces programmes de formation.

 

Réaliser, poser une étagère sur un mur, réparer une plomberie qui fuit, fixer par cheville des tringles à rideaux, réparer ou changer une serrure, changer une prise électrique ou en installer une nouvelle, contrôler l'état du chauffe-eau, fabriquer des tabourets... Tout cela et bien d'autres choses encore, vos grands fils pourraient le faire et peut être vivre de leur travail !

 

 
Groupe de jeunes devant une porte

 

6) De nouvelles activités « rentables » pour les jeunes femmes.

Créer à Aït Ouallal une nouvelle dynamique économique ne peut se faire sans la participation des femmes. Sans mettre en question le rôle fondamental d'épouse et de mère, il convient de donner aux jeunes filles et femmes un espoir : celui d'acquérir des compétences qu'ils leur assureront des revenus lorsque le travail aux champs devient insuffisant pour vivre; celui d'exprimer une habileté, un savoir faire dont elles pourront être fières. Comme pour les garçons, la voie du collège, du lycée pour accéder à des emplois publics ou privés est extrêmement limitée. Combien de jeunes filles peuvent disposer d'un parent sur la rive Ouest qui puisse les prendre en pension pour aller au collège ? Combien devront, après l'école primaire, rester dans la famille sans avoir pu bénéficier de la moindre formation ?

C'est ce défi qui nous semble indispensable de relever. Là encore la solution ne pourra venir que de l'initiative, de l'imagination et de la volonté des habitants d' Aït Ouallal et de leur association.Plusieurs pistes peuvent rapidement et sans moyens trop coûteux être exploités :

    - L'apprentissage du tissage traditionnel: Nous avons vu, dans le local de l'association, travailler une femme sur un métier traditionnel (qui peut être aisément reproduit). Cette femme pourrait prendre deux ou trois jeunes filles en apprentissage et leur faire acquérir le savoir faire et le goût indispensable pour confectionner de telles tapisseries ou couvertures facilement vendables.
Nul doute qu'il existe un potentiel de créativité: il faut lui donner la possibilité de s'exprimer, le préalable étant la formation.

    - De la même façon, il serait souhaitable de créer des cours de tricot et de couture. Ma nourrice quand j'étais enfant était couturière; en l'absence d'un mari mort à la guerre, c'est ce métier de couturière qui lui a permis d'élever trois enfants! Pourquoi n'en serait-il pas de même à Aït Ouallal, où l'hiver il est nécessaire de s 'habiller chaudement ? Au démarrage l'apprentissage peut se faire sur la base de techniques manuelles. Plus tard l'acquisition de machines sera peut-être envisageable avec l'aide des « émigrés » ?

Avec l'exemple de telles initiatives d'autres vocations naîtront, d'autres idées de travail artisanal pourront être exploitées: le travail du cuir par exemple. ..Mais il faut démarrer et pour cela la volonté du directoire de l'association est indispensable.

 

7) De nouvelles activités économiques :

7-1

LE MARAICHAGE : La vallée le long du Dadès est verte, belle. La terre y est fertile. Mais à notre grande surprise on n 'y trouve pratiquement aucun légume, alors que les légumes constituent une part très importante de la nourriture. Chaque semaine les hommes se rendent au marché d'Elkelaa Mgouna ou à Boulmore pour acheter des légumes dont beaucoup viennent d'Agadir ou d'autres régions du Maroc. La production locale de légumes ou de fruits se fait uniquement dans le petit jardin de la maison et est totalement insuffisante.

La terre disponible est presque uniquement consacrée à la production de fourrage et de blé, sur de trop petites parcelles encombrées par ailleurs de fruitiers de qualité médiocre, généralement non taillés.

L'idée que nous avons évoquée avec l'association est simple: pourquoi ne pas consacrer un peu de terre au maraîchage « professionnel » ? Pourquoi ne pas aider quelques jeunes à « s'installer » comme maraîchers, capables de produire tout ou une partie des légumes dont les douars d'Aït Ouallal ont besoin ? Pourquoi avec les légumes produits ne pas initier dans chaque douar un petit marché hebdomadaire qui constituerait un lieu d'animation et de rencontres ?
 

Le maraîchage est une activité professionnelle : ce n'est pas du jardinage d'amateur comme on en fait chacun chez soi, dés l'instant où l'on dispose de quelques mètres carrés de terre !
 

Il faut être formé: planning des productions, techniques de forçage, techniques de protection des cultures, connaissance des plantes et des variétés les plus adaptées au sol et au climat etc. ..Le maraîcher est celui qui produit des légumes quand les autres n'en ont pas encore, ou n'en ont plus !! Le formateur coopté par Rennes-Dadès parmi des maraîchers ou des jardiniers professionnels (à la retraite) ou auprès des associations des Jardins ouvriers...
 

Séjour gratuit dans des familles: en contrepartie formation de petits groupes (5/6) jeunes. Trois séjours sembleraient nécessaires: en mars, en juin, en septembre ou octobre. ..

-Il faut un périmètre maraîcher: 4 à 5000 m2 semblent une surface correcte pour produire suffisamment.D'un seul tenant si possible, afin de faciliter le clôturage contre les « chapardages ». La formule coopérative (2 ou 3 maraîchers associés) semble une bonne formule.

-De l'eau: Un investissement initial semble nécessaire: réalisation d'un sondage et installation d'une pompe électrique. L'association devrait faire évaluer le coût d'une telle opération. Il est par ailleurs possible d'obtenir pour ce type d'initiative un crédit sans intérêt.

 

7-2

Gîtes ruraux. Accueil de touristes ou de « Vacanciers » : cette hypothèse a été fréquemment évoquée avec le Directoire et l'Association. Il est vrai que l'hébergement de Vacanciers apporterait des ressources fmancières intéressantes et ferait travailler des femmes: entretien des chambres, confection des repas.

 

bebe

Mais à l'examen, plusieurs facteurs limitent la réelle capacité d'accueil :

     - L'intérêt touristique immédiat de Aît Ouallal est limité: hormis les ruines des kasbahs et de beaux points de vue ( du haut des terrasses) sur les douars et la vallée, l'enclavement de la région, met les gorges (Dadès, Todra) à une distance en temps non négligeable. Par ailleurs s'il s'agit de vacanciers arrivés par avion, pourront-ils aisément trouver une voiture et un chauffeur (autorisé à transnorter des touristes). D'une façon générale l'accord de l'administration pour l'accueil de touristes est une condition incontournable.

    - L'organisation intérieure des maisons même les plus récentes doit être repensée: Chambre, coin repas,douche et sanitaires en excellent état, constituent l'indispensable de ce qu'un touriste ou un coupe exigeront. Il conviendra de leur assurer une réelle intimité et une liberté de vivre à leur façon: L'accueil direct dans une famille ne peut s'envisager que pour des cas particuliers, famille,amis.
Un touriste doit être indépendant, tant pour ses loisirs, ses déplacements que pour sa vie quotidienne,repas, coucher etc...

 

La promotion de l'accueil de touristes à Aït Ouallal doit donc être faite avec prudence et discernement : seules des personnes intéressées par la culture berbère, l'histoire, ayant envie de découvrir de l'intérieur « la vie rurale » ou encore motivées par un projet de coopération (étude, formation. ..) peuvent trouver un intérêt à passer une ou deux semaines dans vos douars.

Les projets de formation évoqués ci-dessus sont l'occasion de rechercher de telles personnes. Outre un logement indépendant il conviendra de leur permettre :

   - de s'approvisionner à Eckeela pour leurs repas, boissons etc...
   - de réaliser un certain nombre de déplacements touristiques.

Enfin l'association devra définir des tarifs d'hébergement, de repas, de déplacement, s'il s'agit de touristes n'apportant pas de service particulier de coopération.

 

7-3

D'autres pistes d'activités économiquement rentables sont envisageables : élevage de volailles (poulets de chair -reufs), élevage de lapins. Ces productions n'exigent pas d'investissements trop lourds et apporteraient des revenus supplémentaires non négligeables. Une petite étude de faisabilité serait à faire sur ce sujet.

A titre d'exemple et pour montrer qu'imagination plus initiative peuvent produire des miracles : Madame Bouchera Hassoun nous a cité un douar qui a expérimenté et réussi la culture du safran !

 

9) Evolution de l'organisation de l'Association Aït Ouallal-Dadès

L'extension rapide des activités de l'Association, le grand nombre de nouveaux projets qu'elle aura à conduire dés l'an prochain, appelle un renforcement de son organisation qui tienne compte de plusieurs principes :

   - Chacun ne peut tout faire, au risque de le faire mal
   - Personne n'est compétent pour tout et devenir compétent suppose une certaine spécialisation
   - Les différentes composantes de la population d' Aït Ouallal doivent être représentées au Directoire de l'association

   Première conséquence : Travailler par commissions de 2 ou 3 personnes.
La commission reçoit délégation du Directoire pour :

   - Préparer le projet: recherche d'informations, analyse, plan, programme d'exécution, repérage des moyens humains et matériels ou financiers à mettre en reuvre.
   - Proposer le projet tel qu'il a été décidé :
       - assurer le suivi et le contrôle de bonne réalisation
       - corriger en cas de dérive ou de défaillance.
   - Rendre compte au Directoire.

 Cette organisation de travail doit permettre de bien distinguer les réunions plénières de l' Association ( elles produisent des orientations et des décisions) et les réunions de travail des commissions, petit groupe ou la commission peut s'adjoindre telle ou telle compétence extérieure selon besoins.

Daoud, mon ami Président, permet moi une petite remarque humoristique: « tu dis souvent on a bien discuté. Moi je dis on a bien travaillé » ...car on peut beaucoup et longtemps discuter sans avoir vraiment travaillé! ! ! Il faut bien sûr conserver cet immense plaisir de la discussion, mais à certains moments l' exigence d' efficacité impose de limiter le nombre des « discutants » à ceux qui ont quelque chose à dire !

A noter que cette organisation par commission fonctionne déjà (sport, culturel, jeunes ?) : elle devrait être étendue à tous les autres projets d'importance.

 


Hommes du village de talat

 

   Deuxième conséquence : l'Association « couvre » six ou sept douars. Compte tenu de l'importance du territoire et de la population concernés il semble nécessaire à court terme que chaque douar soit représenté au sein du directoire. Cette représentation permettra une expression « démocratique » des besoins particuliers ou des problèmes spécifiques de chaque sillage. Elle permettra aussi de prévenir les risques qu'un douar se sente insuffisamment écouté ou estime que l'Association le désavantage au profit d'un autre.

Pour cette représentation des douars les statuts de l' Association devront peut être être modifiés, à moins qu' elle puisse être inscrite dans le règlement intérieur ?

 

10) La représentation des femmes

Les femmes représentent vraisemblablement plus de 50 % de la population d' Art Ouallal. Par leur travail quotidien, la charge des enfants, de la maison, des champs et des animaux, elles constituent une force économique et sociale considérable. Même si l'éducation moderne leur a été longtemps refusée, elles ont des idées, des besoins, des aspirations, un potentiel d' énergie et de dynamisme dont l'association ne doit pas se priver.

Autre argument de poids : aujourd'hui une Association qui souhaite bénéficier de l'aide financière et technique des organismes du développement nationaux ou internationaux, doit être capable de prouver qu'elle a inscrit dans ses statuts et ses programmes, sa volonté de travailler pour l'évolution culturelle et sociale des femmes et pour leur accès à toutes les responsabilités offertes par un Etat moderne à égalité avec les hommes.

Pour toutes ses raisons le travail accompli par l'Association en direction des femmes (alphabétisation) doit être élargi dans l'intention de faire émarger progressivement parmi elles des « leaders » capables de les représenter dans les différents groupes de travail et d'animer elles-mêmes des activités correspondant à leurs besoins.

La méthode peut-être la plus efficace, consiste à susciter la création de clubs féminins, dans chaque douar et d'y faire désigner une responsable chargée d'informer le Directoire des réalisations, des souhaits.

A terme lorsque les clubs fonctionneront correctement il conviendra de leur faire désigner une ou deux ( ou plus) représentantes pour siéger au Directoire. Le chemin sera sans doute long et délicat: le succès exigera de la pat des hommes détermination, qualité d'écoute et « doigté ».

 

11) Message de Aït Ouallal Dadès à Rennes-Dadès

A vant notre départ, les responsables de l' Association nous ont demandé de transmettre aux créateurs et animateurs de Rennes Dadès toutes leurs félicitations et leurs remerciements pour leurs initiatives et leur soutien.

 Ils ont souhaité affirmer qu'ils n'attendaient oas tout des frères et cousins de Rennes mais seulement une aide sur les points pour lesquels Aït Ouallal ne dispose pas de moyens d'action.

   En premier lieu Aït Ouallal Dadès demande à Rennes Dadès de développer des relations avec toutes les associations en France pourraient partager des préoccupations communes sur des sujets tels que l'alphabétisation, l'enfant, le sport, la formation etc. ..l'objectif est de créer autour d' Aït Ouallal Dadès un réseau d'organisations de personnes prêts à échanger expériences, informations, ressources en compétence et à développer des actions de coopérations.

   Dans le même esprit il est demandé à Rennes Dadès de rechercher des personnes de bonne volonté,capables d'accepter de consacrer un peu de temps à la formation :

   - Conseils pour l'entraînement sportif
   - Formateurs en travail du bois, électricité domestique, travail du fer, entretien des maisons.
   - Formateurs, conseils en maraîchage, élevage de volailles etc. ..
   - Formatrices pour les femmes, couture, tricot, liste non exclusive.

   Elargir l'Association Rennes Dadès par des contacts avec les émigrés d'autres régions de France : Montpellier -Cherbourg etc... faire connaître à ces familles du Dadès l'action de l'Association, les motiver pour qu'elles apportent leur aide.

   Au mois d'août, les responsables de Rennes Dadès sont sollicités pour prendre des contacts avec l'administration marocaine régionale et nationale (ministère des émigrés) afin de faire connaître les problèmes de la vallée. Le premier sujet à faire avancer par ces contacts est celui de la construction d'une route ou de l'amélioration de la piste et de la construction d'un pont.

   Il est demandé à Rennes Dadès d'informer Aït Ouallal Dadès suffisamment à l'avance des projets des émigrés au cours de leurs vacances (excursions, soirées particulières. ..) afin de pouvoir les préparer dans des meilleures conditions.

   Très concrètement Rennes Dadès est sollicitée pour :

   - Trouver le financement relais de 6000 dihram qui permettra de poursuivre le travail d'alphabétisation des femmes.
   - Obtenir une ambulance ou un moyen de transport des malades.
   - De s'engager à prendre en charge le coût des matériaux de construction du centre médico-social
Pour ces financements il est demandé à Rennes Dadès de rechercher et de faire participer les émigrés du Rennes Dadès installés dans d'autres régions françaises.

 

12 ) CONCLUSION :

Nous serions heureux si notre « mission » à Aït Ouallal et ce modeste rapport contribue à élargir, encourager la très belle initiative de Aït Ouallal et Rennes Dadès pour le développement de la vallée et le mieux être de ses habitants.

Nous demandons à nos amis de nous pardonner si parfois nous avons été maladroits ou si nous les avons irrités. Nous avons grâce à vous participé à une expérience humaine exceptionnelle: nous continuerons à vous aider dans la mesure de nos moyens et à encourager toutes vos initiatives. Mais vous le savez, et vous avez raison: c'est d'abord de vous-même que dépendra le succès. Vous avez en commun tous les talents et toutes les qualités de creur et d'intelligence pour réussir.

Deux derniers petits conseils avant de terminer :

    - Faites un petit (tout petit) journal, semestriel par exemple pour tenir informé chaque membre de la grande famille du Dadès aux quatre coins du monde, de ce qui se fait, de ce qui bouge dans la vallée, des projets, des besoins. Maintenir le lien entre chaque rencontre annuelle.

    - Pourquoi les « émigrés » n'introduiraient-ils pas la pétanque à Aït Ouallal. Voilà un beau « sport » praticable par tout le monde « même les femmes !! » qui peut se jouer n'importe où, sur la piste, dans les rues des villages et qui constitueraient une occasion d'animation et de loisir pour les pour les jeunes même en hiver !

 

Ce n'est qu 'un au revoir ...15/06/03

Philippe L'HERBIER
Madeleine NACEF

 

13 ) Annexe : liste des membres association Aït Ouallal d'ades – année 2003

MEMBRES

NOM

PRENOM

DATE DE NAISSANCE

PROFESSION

NIVEAU D'ETUDE

SITUATION FAMILLE

TELEPHONE

PRESIDENT

ELMLLAM

Oaoud

1960

Professeur

BAC + 2 Littéraire

Marié

068 48 26 66

VICE-PRESIDENT

AlLALI

Mhamed

1962

Ouvrier

BAC+2 Biologie-Géologie

Célibataire

066 07 85 32

SECRETAIRE

ELHANI

Mohamed

1975

Etudiant

Licence psychologie

Marié

044 85 02 54
063 45 46 27

VICE-SECRETAIRE

BOUHJAR

Brahim

1978

Etudiant

Licence géographie

Célibataire

068 85 20 32

TRESORIER

AIT ALLA

Youssef

1951

Artisan

 

Marié

066 16 72 59

VICE-TRESORIER

AIT BAHA

Elhoucin

1970

Technicien-Hôtelier

BAC+2

Marié

067 69 23 64

CONSEILLER

AIT LAMMLEM

Ahmed

1965

Cuisinier

4è secondaire

Marié

070 10 57 38

CONSEILLER

KABIRI

Mustapha

1979

Tailleur

4è secondaire

Célibataire

062 63 24 52

CONSEILLER

RAHOU

Mohamed

1972

Ouvrier

3è secondaire

Célibataire

062 49 82 38

CONSEILLER

BOUHJAR

Mohamed

1970

Ouvrier

2è secondaire

Marié

068 85 20 32

CONSEILLER

KABIRI

Brahim

1971

Coiffeur

6è secondaire

Marié

067 69 11 05

ADRESSE DE L'ASSOCIATION : AÏT OUZINE KHEMISS DADÈS-OUARZAZATE

 

 

 
Nombre de visites depuis le 20/10/2003